Projet Ouadi Rimé - Ouadi Achim (POROA)

Pour le développement de la Réserve de faune de Ouadi Rimé - Ouadi Achim
et la gestion durable de sa biodiversité

Vue d'ensemble

L'objectif du projet est de préserver la biodiversité de la Réserve de faune de Ouadi Rimé - Ouadi Achim d'une manière intégrée et durable.

Le Sahara Conservation Fund (SCF) travaille avec les autorités tchadiennes pour conserver la biodiversité de la Réserve de faune de Ouadi Rimé-Ouadi Achim (OROAWR) depuis 2001. Diverses missions et études ont démontré la nécessité d'améliorer la gestion de la réserve faunique de l'OROA et la gestion de sa biodiversité.

En 2015, SCF et ses partenaires ont commencé la réintroduction du (oryx algazelleOryx dammah). Le succès à long terme de cette réintroduction et de son extension à d'autres espèces repose sur une gestion efficace et durable de l'OROAWR.

En 2016, le Ministère de l'Environnement du Tchad et le SCF ont signé un protocole d'accord visant à " renforcer les relations entre ce Ministère, à travers la Direction de la conservation de la faune sauvage et des aires protégées (DCFAP), et le SCF, pour la conservation de la faune, des habitats et du patrimoine naturel du Sahara et du Sahel au Tchad ".

Le projet " Appui au développement de la Réserve de faune sauvage de Ouadi Rimé - Ouadi Achim et à la gestion durable de sa biodiversité (POROA) " s'inscrit dans le cadre du programme d'appui à la préservation de la biodiversité et de la faune et des écosystèmes fragiles en Afrique centrale (ECOFAC VI) financé par le 11ème Fonds Européen de Développement (FED).

  • Les activités socio-économiques et sectorielles de l'OROAWR et de ses zones limitrophes sont coordonnées de manière intégrée avec une approche paysagère qui assure la disponibilité durable des services écologiques pour les acteurs.
  • Des systèmes de gestion efficaces de l'OROAWR sont élaborés et opérationnels.
  • L'OROAWR et les populations voisines sont associées à la gestion intégrée des ressources naturelles et en tirent profit.
  • La structure de gestion de l'OROAWR et de son personnel est renforcée.
  • Les expériences et les connaissances sont partagées et capitalisées au niveau du paysage et des régions.

 

La survie à long terme de la faune de la Réserve et l'intégrité de son habitat, mais aussi la préservation de cette zone pastorale de grande valeur économique et vitale pour un grand nombre d'éleveurs dépendent de la recherche de solutions conciliant pastoralisme et conservation.

ACTIVITÉS

La cogestion de la réserve et de ses ressources naturelles

1) Création de l'unité de cogestion de la réserve

2) Surveillance écologique

3) Élaboration et mise en œuvre d'un plan de gestion de la réserve

4) Application de la loi

5) Lutte contre les feux de brousse

6) Création d'infrastructures de gestion appropriées

Gouvernance participative et coordination

1) Diagnostic du contexte socio-économique et culturel

2) Création de conseils consultatifs régionaux de la Réserve (rôle de conseil et d'orientation de l'Unité de cogestion - UC - Réserve) avec la participation active de la population locale.

3) Coordination avec les différents acteurs clés (connectivité écologique entre les aires protégées au niveau régional, lobbying pour des études d'impact environnemental - EIE, études de faisabilité pour la valorisation intégrée et participative des ressources naturelles, missions de santé communautaire, etc.

4) Information et sensibilisation : Caravanes d'éducation environnementale et campagnes de communication

MÉTHODOLOGIE

1) Renforcement des capacités des gestionnaires de réserve : formation, équipement, coûts de fonctionnement, outils de gestion, etc.

2) Consultation de la population locale et des acteurs administratifs et techniques : conseils consultatifs, agents communautaires, collaboration avec les acteurs du développement, etc.

3) Soutien socio-économique à la population locale : mission santé, emplois, etc.

4) Développement d'un système de gouvernance et de gestion locale et décentralisée : conseils consultatifs, unité de cogestion, concertation avec les organismes locaux de développement, etc.

5) Consolidation de l'intégrité et du rôle de la RFOROA : nouvelle délimitation, nouveaux statuts et décret, PAG, classification / cartographie du paysage, communication et extension, etc.

6) Approche scientifique basée sur une bonne connaissance de la biodiversité et des ressources naturelles, des utilisateurs du RFOROA et de leurs besoins et stratégies (EIE, études socio-culturelles, inventaire, suivi écologique, cartographie, modélisation, etc.

PARTENAIRES DU PROJET

UNION EUROPÉENNE

Ce projet est cofinancé par l'Union européenne.

RÉPUBLIQUE DU TCHAD

La République du Tchad accueille le POROA et est le principal bénéficiaire du projet.

AFRICAN PARKS NETWORK

APN est une structure associée au projet

portrait
https://saharaconservation.org/wp-content/themes/larch2/
https://saharaconservation.org/
#563023
style5
défiler
Posts en chargement.....
/home/saharaco/public_html/
#
à bord de
aucun
chargement
#
Trier la galerie
à bord de
certes
certes
à bord de
à bord de
éteint
Entrez votre email ici
à bord de
éteint