Autruches au nord-est d'Ennedi, Tchad !

Un grand merci à Yves Gauthier d'avoir partagé cette nouvelle avec nous. Chercheur et expert français en art rupestre, il raconte comment il a observé, avec son équipe et grâce au guide Idris Barkai, des pistes d'autruches inattendues au nord du Tchad. (Une version française se trouve à la fin de cet article avec son adresse email au cas où vous voudriez discuter avec lui de ces observations). 

Nous voyageons dans le nord du Tchad depuis 2012 pour répertorier les sites d'art rupestre ainsi que les monuments et les établissements humains anciens. Cela nous a amenés à visiter des zones peu ou pas du tout traversées, sauf par des nomades ou des trafiquants, et à observer la faune et la flore. Jusqu'à présent, nous n'avions jamais entendu parler d'autruches au Tchad, sauf dans le parc national de Zakuma, beaucoup plus au sud.

Dragesco-Jaffé mentionne les autruches à Ennedi mais elles ont disparu depuis longtemps, l'espèce étant éradiquée par une chasse intensive dans le nord-ouest du lac Tchad (1993 : 149) et ailleurs. Cet auteur situe alors la limite Nord de l'aire de répartition de l'espèce à 20° pour le Niger et l'extrême Est du Tchad et à 23° pour le Nord-Est du Soudan (ibidem : 146).

A notre connaissance, il n'a pas été fait mention de la présence de cet animal, en Ennedi, depuis au moins une décennie.

Il était donc tout à fait inattendu, le 7 février 2018, de découvrir de nouvelles traces d'autruches dans le nord-est de ce massif, au nord du 23ème parallèle et si proche de la frontière soudanaise. Compte tenu des vents forts, ces trajectoires avaient été laissées le même jour dans la matinée. Les photos montrent les traces d'une grande et d'une petite autruche (Fig 1-2).

Fig. 1 et 2 : deux pistes d'autruches © Yves Gauthier

Notre guide local, Idris Barkai, voit des autruches (adultes et jeunes) dans cette région depuis son plus jeune âge (environ 30 ans). Selon Idris, ces animaux se rendent souvent dans cette région le matin à la recherche de nourriture et se dirigent ensuite vers l'est. Nous n'avons pas essayé de les repérer pour en savoir plus, mais, bien sûr, il serait intéressant de connaître la taille et la composition de ce troupeau d'autruches.

Il s'agit donc d'une petite population relique, certainement la dernière représentative de l'espèce vivant encore au nord du Tchad. Malheureusement, comme leurs congénères au Niger et au Kanem, ces autruches sont sur le point de disparaître. La population locale a en effet confirmé que l'animal est toujours chassé pour sa viande.

A l'heure où le rythme de l'extinction s'accélère, pour les espèces sahariennes comme pour beaucoup d'autres, et dans un contexte de tentatives permanentes de réintroduction d'autruches ou d'addax au Niger et au Tchad, il me semble crucial de mener des études, de prendre rapidement des mesures et de préserver le patrimoine génétique de cette petite population.

 Fig. 3 et 4 : En rouge : grande autruche / En rose : petite autruche / En bleu : crottes de lièvre / En noir : hyène striée / En vert : renard © Yves Gauthier

Y. Gauthier.