Surveillance des gazelles Dama

La gazelle dama est l'une des espèces les plus menacées de la planète, avec moins de 100 animaux vivant encore à l'état sauvage dans 4 populations très dispersées et isolées au Tchad et au Niger. Le SCF surveille ces minuscules populations restantes et dirige les efforts visant à les protéger dans les deux pays.

Vue d'ensemble

La population sauvage restante est répartie entre quatre sous-populations connues - dans le massif du Termit et les montagnes de l'Aïr au Niger, le Manga, et dans la Réserve de faune de Ouadi Rimé - Ouadi Achim au Tchad. Le SCF joue un rôle majeur dans la sensibilisation sur l'état de conservation de l'espèce, sur le suivi de ces derniers individus dans les quatre zones et sur la sécurisation des populations restantes afin qu'elles puissent se reproduire en toute sécurité et augmenter en nombre.

A travers ses différents projets sur le terrain et ses diverses missions de suivi écologique au Tchad et au Niger, SCF a toujours gardé un œil sur le déclin de la gazelle dama dans la région et alerté les autorités nationales et la communauté mondiale de la conservation. En 2017, SCF a développé l'utilisation du piégeage par caméra dans les régions reculées du Niger, où de minuscules groupes de gazelles damas semblent avoir trouvé refuge . Au Tchad, le projet de oryx algazelleréintroduction a eu un impact positif sur les populations de gazelles vivant dans la Réserve de faune de Ouadi Rimé-Ouadi Achim depuis sa mise en œuvre en 2016, grâce à un contrôle accru sur certaines activités de braconnage dans la région. Même s'ils sont relativement sûrs, il reste nécessaire d'améliorer leur surveillance. Une mission de transfert d'une douzaine de gazelles damas vivant encore à l'état sauvage dans la région de Manga à l'ouest du Tchad vers l'OROAWR est en cours d'élaboration afin de les sécuriser également.

La gazelle dama est officiellement devenue l'une des espèces phares du programme global du SCF en 2018.

La situation des gazelles dama est très préoccupante en raison du braconnage opportuniste et du niveau élevé de perturbation causé par les véhicules qui traversent son aire de distribution dans les deux pays. Pour faire face à cette situation, SCF vise à obtenir le soutien de la communauté locale en la sensibilisant lors d'ateliers dédiés et en recrutant des gardes-chasse communautaires pour garantir la protection de la population de gazelles Dama contre les troubles. Le rôle joué par les dirigeants locaux et les gardes-chasse communautaires pour obtenir ce type d'approche de la part des utilisateurs traditionnels des terres de la réserve a été jusqu'à présent un succès crucial et nous pensons qu'il se poursuivra si nous pouvons élargir la portée du projet et fournir un soutien technique et financier supplémentaire pour mettre en œuvre les actions appropriées.

Le SCF joue également un rôle majeur dans la sensibilisation des gouvernements tchadien et nigérien et dans l'obtention de leur plein appui au plan d'action régional élaboré par le SCF, la ZSL, le Groupe de spécialistes des antilopes de l'UICN/SSC, la CMS, Noé, le Niger et les agences nationales tchadiennes.

Grâce à ses diverses initiatives relatives aux gazelles dama, SCF espère que, dans un avenir proche :

  1. Un nombre important de gazelles dama vulnérables et génétiquement précieuses sont capturées dans le Manga au Tchad et transférées en lieu sûr.
  2. La population de gazelles damas dans la réserve de Ouadi Rimé-Ouadi Achim au Tchad est en augmentation et exempte de braconnage.
  3. Le suivi et la protection de la population de gazelles damas dans les montagnes de l'Aïr, au Niger, sont améliorés.
RÉINTRODUCTIONS

La gazelle Mhorr (Nanger dama mhorr, une sous-espèce de la gazelle Dama) a été réintroduite dans différents endroits de la région sahélo-saharienne (au Sénégal, en Tunisie et au Maroc) mais ces initiatives de réintroduction sont restées au stade où les animaux vivent dans des zones protégées clôturées de différentes tailles. En 2015, la première expérience de réintroduction d'un groupe de 24 gazelles Mhorr dans la nature a eu lieu dans la réserve de Safia, au sud du Maroc. Elle a notamment montré que l'espèce peut retrouver l'essentiel de sa capacité à vivre en liberté, même après des générations de vie en captivité ou en semi-captivité.

MÉTHODES DE SONDAGE

SCF et ses partenaires ont réalisé de nombreuses enquêtes sur les véhicules sur la base de techniques et d'analyses standard de transects. Le piégeage par caméra est utilisé avec succès dans des zones reculées difficiles d'accès comme dans le massif du Termit et les montagnes de l'Aïr. Le piégeage par caméra est basé sur le déploiement à long terme d'une grille d'échantillonnage utilisant des caméras de bonne qualité et fournit des indices standardisés de la richesse en espèces de mammifères, avec bien sûr un intérêt particulier pour les résultats des gazelles dama. Un mélange d'études aériennes et terrestres est utilisé au Tchad, en particulier dans la région du Manga, pour évaluer la taille de la population sauvage.

DISCUSSIONS SCIENTIFIQUES

Fin 2018, le Chargé de Programme Régional du SCF a souligné les défis de la construction d'un troupeau mondial de gazelles Dama, mentionnant le paradoxe de la disparition d'espèces dans la nature alors qu'elles continuent à augmenter en captivité. Il a appelé à une plus grande collaboration entre les zoos du monde entier ainsi qu'entre eux, les propriétaires privés et les défenseurs de la nature. Quelques temps plus tard, le zoo d'Al-Ain a organisé un atelier réunissant des experts en conservation du monde entier auquel SCF a participé.

ÉVOLUTIONS FUTURES

Les prochaines étapes pour SCF, concernant la conservation de la gazelle dama, seront de mieux caractériser la population vivant dans les Montagnes de l'Aïr au Niger en utilisant notamment l'identification individuelle. Au Tchad, il s'agira d'effectuer des études aériennes et terrestres pour mieux évaluer la taille de la population restante de petites gazelles damas dans cette zone avant de les transférer en lieu sûr (dans la Réserve de faune de Ouadi Rimé-Ouadi Achim) si nécessaire. SCF améliorera également les connaissances sur l'espèce dans l'OROAWR.

Collaboration avec la population locale

Une espèce insaisissable

La gazelle dama est un symbole de beauté et d'élégance au Tchad, et même ailleurs. Particulièrement vulnérable au braconnage puisque l'utilisation d'armes et de véhicules automatiques a augmenté au Sahara et au Sahel, il est extrêmement rare d'observer l'espèce directement dans la nature. Les pasteurs et les nomades fournissent régulièrement des informations importantes sur la présence d'animaux ou même de braconniers, notamment au Tchad.

Au Niger, la situation particulièrement isolée des sites où les gazelles damas ont trouvé refuge et les campagnes de sensibilisation menées par SCF auprès des populations locales semblent avoir permis d'éviter que les pièges à caméra soient endommagés ou volés. Là encore, aucun résultat de conservation ne peut être obtenu sans la participation des populations vivant sur le site et du SCF et c'est particulièrement vrai dans le cas de la conservation des gazelles dama.

LES DERNIÈRES
NOUVELLES
SUR LA
PROJET

Ressources supplémentaires

Pour en savoir plus sur le projet, les sources suivantes sont disponibles :

Comment aider

Les espèces désertiques connaissent une extinction silencieuse que le SCF veut, sinon inverser, du moins arrêter. Aidez-nous à sauver la faune sahélo-saharienne et participez aux plus grands efforts de conservation de tous les temps ! Faites passer le mot sur cette tragédie et/ou contribuez à nos initiatives en faisant un don à la SCF. Chaque acte compte.

  • Tous
  • Communiqués de presse
  • Histoires

Sauver les dernières gazelles Dama en danger critique d'extinction

UNE MISSION DE SAUVEGARDE EXTRAORDINAIRE PROFONDE DANS LE SAHARA CAPTE QUATRE GAZELLES DAMA RARES ET RAVIVE L'ESPOIR DE SAUVER L'ESPÈCE Depuis des années, la gazelle dama préoccupe beaucoup la communauté internationale de la conservation. Cette belle espèce du Sahel, qui s'est adaptée de manière unique mais qui a aussi été fortement braconnée, a subi un long déclin et se trouve maintenant [...].

Missions humanitaires récentes

Le Sahara Conservation Fund, en collaboration avec les associations ESAFRO et L'Afrique à Cœur, participe au soutien des populations locales de la Réserve Naturelle Nationale de l'Aïr et du Ténéré par des missions sanitaires. Des missions de soins de santé et de soins dentaires ont été effectuées dans les villes de Timia et d'Iferouane avec des produits et du matériel dentaire donnés par les trois organisations. […]

Gazelles Dama dans l'Aïr nigérien

Le Mont Takoulkouzet est situé dans la Réserve naturelle nationale de l'Aïr et du Ténéré (ATNNR). La réserve abrite plusieurs espèces sauvages emblématiques dont la gazelle dama (Nanger dama), l'une des antilopes les plus menacées de la planète. Depuis 2017, un projet est financé par le Fonds africain du patrimoine mondial (FPMH) et l'ONG Sahara (...)

portrait
https://saharaconservation.org/wp-content/themes/larch2/
https://saharaconservation.org/
#563023
style5
défiler
Posts en chargement.....
/home/saharaco/public_html/
#
à bord de
aucun
chargement
#
Trier la galerie
à bord de
certes
certes
à bord de
à bord de
éteint
Entrez votre email ici
à bord de
éteint