Addax Conservation

Autrefois présentes en grand nombre sur d'immenses zones arides, les populations d'addax se sont effondrées à moins d'une centaine d'individus dans des poches isolées depuis l'avènement des armes et des transports modernes, et plus récemment l'exploration pétrolière et les troubles civils. Aujourd'hui, l'addax, une espèce nomade vivant dans le désert, est l'ongulé le plus menacé du Sahara et probablement du monde, et figure sur la Liste rouge de l'UICN en danger critique d'extinction.

SCF et ses partenaires utilisent leur expertise, partagent leurs connaissances et mutualisent les ressources et les efforts autant que possible pour empêcher l'extinction de l'addax.

Vue d'ensemble

SCF collabore depuis des années avec d'autres organisations, des gouvernements et diverses parties prenantes, afin de préserver l'addax. Étant donné la nécessité de sauver l'espèce dès maintenant, l'addax est devenu l'une des espèces prioritaires de SCF et des animaux seront réintroduits dans différents endroits du Sahara et du Sahel grâce à son expertise dans ce domaine et aux efforts collectifs de SCF et de ses partenaires. L'objectif à long terme est de reconstituer une population vivant en liberté et errant en nombre suffisant dans les pays de son aire de répartition historique.

SCF travaille sur l'addax depuis sa création il y a plus de dix ans. À l'époque, la plupart des addax encore connus étaient confinés à une vaste zone désertique connue sous le nom de "Tin Toumma" au Niger - officiellement établie en 2012 sous le nom de Réserve Termit & Tin Toumma grâce à un intense lobbying de SCF .

SCF a également fourni un soutien stratégique par la collecte de fonds et la communication aux autorités chargées de la faune en Tunisie pour le rétablissement de troupeaux d'addax bien gérés et oryx algazelle. Le pays s'est engagé, dans le cadre de sa stratégie nationale de conservation des antilopes, à rétablir les deux espèces dans de grandes zones protégées clôturées. Une fois que des populations viables auront été établies, la vision à long terme est de supprimer les clôtures dans les zones appropriées pour permettre la réintroduction de véritables troupeaux en liberté.

Un grand pas en avant a été franchi ces deux dernières années avec la décision de réintroduire l'espèce dans des zones non clôturées au Tchad et au Maroc à l'horizon 2019.

Sur la base de l'expérience et des connaissances de SCFsur la réintroduction de l'addax et des antilopes dans le cadre du projet oryx au Tchad, un protocole d'accord a été signé entre les autorités marocaines chargées de la faune et SCF en 2018, avec pour objectif d'apporter un soutien à la réintroduction et au suivi de la faune.

SCF et ses partenaires, dont le SSP AZA Addax, les Centres de conservation pour la survie des espèces (C2S2) et la Source Population Alliance (SPA), travaillent à la réintroduction de l'addax dans d'anciens sites de répartition au Tchad (comme la réserve de chasse de Ouadi Rimé - Ouadi Achim, en utilisant les installations de réintroduction de oryx algazelle ) pour renforcer les petites sous-populations isolées avant qu'elles ne s'effondrent et disparaissent. En 2019, le projet oryx algazelle entre dans sa phase II, passant précisément à une approche de réintroduction multi-espèces qui permettra le retour à l'état sauvage d'un premier lot de 25 individus en novembre de cette même année.

La situation est précaire pour cette espèce et le rétablissement et la recolonisation de l'ancienne aire de répartition de la petite population sauvage fragmentée qui reste est irréaliste à l'heure actuelle. L'extinction de l'addax à l'état sauvage a été évitée et, si possible, des populations viables ont été réintroduites pour protéger les habitats.

Addax restauré dans la réserve de Ouadi Rimé-Ouadi Achim au Tchad au niveau pilote/de faisabilité (25-50 animaux).

L'objectif principal de ce projet est de renforcer les chances de succès de la première réintroduction d'addax en Afrique en suivant 100% des addax libérés avec des émetteurs GPS/Satellite sur une période de 2 ans.

SITUATION ACTUELLE ET DÉFIS

Au cours des cent dernières années, la population d'addax s'est effondrée en raison de la chasse impitoyable et de l'avènement des armes modernes et des véhicules déserteurs. Aujourd'hui, l'addax n'est présent que dans deux petites populations, l'une dans le désert de Tin Toumma dans l'est du Niger et l'autre, de l'autre côté de la frontière, dans la région d'Eguey-Bodélé au Tchad.

Actuellement, il n'est pas possible d'assurer la survie des addax sauvages au Niger et à la frontière avec le Tchad en raison de l'insécurité et des contraintes logistiques dues aux vastes zones de distribution des addax.

Addax peut également être trouvé dans leur gamme historique en conditions semi-captives en Tunisie et au Maroc.

AGIR SUR LE TERRAIN

Un plan d'action pour les populations sauvages restantes d'addax au Niger et au Tchad, a été rédigé par SCF, ZSL, le groupe de spécialistes des antilopes de l'UICN/SSC, la CMS, Noé, les agences nationales du Niger et du Tchad. Il met en évidence trois grandes priorités pour sauver cette espèce :

- Prévenir la perte d'un plus grand nombre d'animaux sauvages en assurant une protection efficace contre le braconnage sur des sites clés et en étendant la protection à l'habitat, notamment en créant des zones non perturbées loin des puits d'eau et du bétail.

- Maintenir des liens forts et efficaces avec les populations sur place. Travailler avec les communautés locales qui partagent l'habitat et utilisent les mêmes pâturages est essentiel au succès à long terme des programmes de conservation. Plusieurs accords au Niger ont été signés par les autorités locales et administratives traditionnelles, dont la Déclaration de Dolé (2007), la Déclaration de Dougoulé (2010). La Déclaration de Doungoumi (décembre 2016) contient même un engagement à protéger la faune et inclut une collaboration sur l'enlèvement des puits non autorisés : cet accord pourrait servir de modèle pour d'autres régions de la région.

- Il est urgent de déterminer le sort de la plus grande population d'addax du Termit & Tin Toumma - qu'elle ait été dispersée ou fortement réduite, et de localiser les animaux restants - et de déterminer l'ampleur et la fréquence des déplacements entre sites. Les programmes de surveillance des populations d'addax (et de gazelles dama) devraient être poursuivis et étendus dans la mesure du possible, en utilisant des protocoles normalisés. Il est également important d'élargir la recherche génétique actuelle sur les populations sauvages et captives des deux espèces.

DERNIÈRES NOUVELLES SUR L'ADDAX

Ressources supplémentaires

Pour en savoir plus sur le projet, les sources suivantes sont disponibles :

Comment aider

Les espèces du désert connaissent une extinction silencieuse que SCF veut, sinon inverser, du moins stopper. Aidez-nous à sauver la faune sahélo-saharienne et participez aux plus grands efforts de conservation de tous les temps ! Passez le mot sur cette tragédie et/ou contribuez à nos initiatives en faisant un don à SCF. Chaque acte compte.

  • Tous
  • Couverture médiatique
  • News

L'EAD célèbre le premier Addax en danger critique d'extinction né dans la nature au Tchad

ABU DHABI - L'Agence de l'environnement d'Abu Dhabi (EAD) a annoncé que le premier veau Addax (Addax nasomaculatus) né à l'état sauvage est né récemment au Tchad, et qu'un autre veau est né deux jours après la naissance du premier. Les deux veaux appartiennent à un groupe de 15 Addax initialement transférés d'Abou Dhabi en novembre 2019 et relâchés dans [...]

Mouvements de l'Addax récemment mis sur le marché

A la mi-janvier, l'Agence pour l'environnement d'Abu Dhabi et le gouvernement tchadien, avec le partenaire d'exécution, le Sahara Conservation Fund, ont libéré 15 addax dans le centre du Tchad. Ces addax étaient les premiers de leur espèce à errer dans cette partie du Tchad depuis plus de 40 ans. Peu de temps après leur libération, les addax se sont divisés en plusieurs groupes. Tout d'abord, un [...]

Le Niger utilisera des drones pour protéger des antilopes addax presque disparues

27 novembre 2018. Souvent, lorsque nous parlons d'animaux menacés d'extinction ou de braconnage en Afrika, nous pensons surtout aux éléphants et aux rhinocéros. Ceci peut être attribué à divers facteurs, y compris une publicité accrue autour des menaces croissantes auxquelles les rhinocéros et les éléphants sont confrontés de la part des braconniers.

felis elit. ut ut ultricies Sed mattis vulputate,